Conseils pour rénover sa maison (isolation, travaux, énergie, déco)

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 24 février 2008

Comment connaitre la performance actuelle de vos fenêtres ?

Savez-vous que l'on retrouve des codes d'identification sur la plupart des fenêtres et que ceux-ci permettent d'en savoir plus : date d'installation, performance thermique, résistance à l'eau, à l'air et au vent, etc.

Un autre billet explique les performances thermiques et acoustiques que l'on peut attendre d'une nouvelle fenêtre et montre qu'il peut y avoir beaucoup de différence entre 2 fenêtres double-vitrage.
D'où les questions préalables : mes fenêtres actuelles sont-elles ou non performantes ? Elles sont plus ou moins récentes, est-ce utile ou non de changer de fenêtre ?

Voici donc les éléments permettant de mieux connaitre vos fenêtres (ou celles d'un bien que vous souhaitez louer ou acheter).

  • j'ai des fenêtres en bois de plus de trente ans avec un simple vitrage très fin :

=> vous ne retrouverez aucune information technique au niveau des fenêtres
=> le coefficient d'isolation des vitrages est > 6 W/m² K (ce qui correspond à une très mauvaise isolation) et est d'autant plus grand que les jointures sont mauvaises (plus le coefficient est petit et meilleur c'est)

  • j'ai des fenêtres de 15 ou 20 ans avec un simple vitrage :

=> vous ne retrouverez que rarement une information technique au niveau des fenêtres
=> le coefficient d'isolation des vitrages est voisin de 6 W/m² K

  • mes fenêtres sont plus récentes et sont en double-vitrage :

=> vous retrouverez normalement des informations techniques au niveau des fenêtres, cf. détails ci-dessous.
=> à défaut d'information technique, on considère qu'un double-vitrage basique (air sec à l'intérieur, sans traitement particulier) présente un coefficient d'isolation de 3 W/m² K

A quel endroit de la fenêtre retrouve t-on les informations techniques ?

  • les informations relatives aux performances du vitrage sont généralement inscrites au niveau de l'intercalaire, c'est à dire sur le pourtour intérieur, entre les 2 épaisseurs de vitre.

Label CEKAL fenêtre Ci-dessus un exemple pris en photo (pas facile de prendre une photo au cœur d'un double-vitrage...)

  • les informations relatives aux performances de la fenêtre sont généralement inscrites au niveau du châssis : ouvrez en grand vos fenêtres et inspectez sur tout le tour intérieur des dormants pour repérer les inscriptions.

Identification fenêtre Ci-dessus un exemple pris en photo, au niveau du châssis d'une fenêtre PVC.

Comment décrypter ces informations qui constituent le marquage de la fenêtre ?
Reprenons la 1ère photo :
=> "Caloriver" : correspond à la marque de fabrication (nom commercial du vitrage ou du fabricant)
=> 02 S1 : signifie que le vitrage a été fabriqué au 1er semestre (S1) en 2002 (02). Cette date peut prendre différente forme (uniquement l'année par exemple). Les vitrages étant réalisés sur-mesure dans la plupart des cas, la date de fabrication est proche de la date d'installation.
=> CEKAL : c'est le nom du label de certification de la fenêtre
=> 025 : c'est le centre de production de la certification
=> AR1 : niveau d'isolation acoustique (de AR1 à AR6, le niveau de performant étant croissant)
=> vous pouvez aussi y trouver les lettres E, V ou R : cela correspond à des propriétés supplémentaires, E = résistant à l'ensoleillement, V = vitrage extérieur collé et R = rénovation. => vous pouvez aussi y trouver l'inscription TR1 à TR10 : cela correspond à la performance thermique du vitrage (TR10 étant la plus haute performance)

Reprenons la 2ème photo :
=> 117-69 : numéro d'usine et numéro d'homologation
=> NF : Nouvelles Frontières ... mais non, Norme Française bien-sûr !
=> A*3 E*6B V*B2 : niveau de performance en terme de A = perméabilité à l'air, E = étanchéité à l'eau et V = résistance au vent
=> CSTBat : signifie que les avis techniques du CSTB ont été respectés
=> vous pouvez aussi y retrouver le logo Acotherm avec le sigle AC pour le niveau de performance phonique et Th pour le niveau d'isolation thermique de la fenêtre.

N'hésitez pas à laisser en commentaires les marquages que vous avez pu relever sur vos fenêtres et ce que vous avez pu en déduire.

samedi 23 février 2008

Vidéo : choisir la bonne fenêtre pour des économies d'énergie.

Voici une vidéo plutôt bien faite qui synthétise les points clés à retenir pour faire le bon choix dans le remplacement de ses fenêtres :

  • double-vitrage ou triple-vitrage ?
  • air sec ou argon ou krypton ?
  • quel matériau pour les menuiseries de ses fenêtres : PVC ou aluminium ou bois ?
  • faible émissivité ?


Un bon résumé sur les questions les plus courantes, qu'en pensez-vous ?

vendredi 22 février 2008

Changer de fenêtres : pour plus de confort acoustique

Le bruit est considéré comme le mal du XXIème siècle. Les médecins reconnaissent de plus en plus ses effets sur la santé (stress, insomnie, nervosité, angoisse, agressivité). Les nuisances sonores peuvent être conscientes (aéroport, voisinage, etc.) ou non (bruit de fond).

Les ouvertures sur l'extérieur que constituent les fenêtres sont des zones de passage privilégiées pour le bruit :

  • "là où l'air passe, le bruit passe" est le principe à retenir pour comprendre le phénomène et prévoir une bonne isolation acoustique
  • "le bruit est une onde qui se propage ou est absorbée par les matériaux" est le second principe

Des fenêtres qui laissent passer l'air, laisseront passer le bruit. Ce qui signifie aussi qu'un vitrage avec une excellente performance acoustique ne servira à pas grand chose si le châssis ou le caisson des volets laissent toujours librement passer l'air. Et il suffit d'un trou de quelques millimètres pour que la nuisance sonore se propage à l'intérieur de la maison...

Changer ses fenêtres : pour plus de confort thermique

En plus du coût élevé pour chauffer une maison, les "mauvaises" fenêtres sont une source d'inconfort.
On pense tout d'abord aux courants d'air qui frigorifient celui ou celle qui reste à proximité d'une fenêtre pour lire, regarder la télé ou pour toute autre occupation passive.
Mais le confort thermique est une notion qui est bien plus large. Le confort thermique est tout d'abord fonction des personnes, on y est effectivement plus ou moins sensible (suivant la constitution, l'âge, l'activité, l'état de santé, etc.). Dans une même pièce une personne pourra donc être dans une "sensation de confort" alors qu'un autre individu sera dans une "sensation d'inconfort".
Les paramètres externes qui rentrent en compte sont la température ambiante de la pièce, la température rayonnante, les courants d'air, l'humidité.

La notion de rayonnement thermique est la moins connue. Voici donc quelques explications. Chaque élément qui nous entoure présente un rayonnement thermique (de type infrarouge). Un exemple concret pour distinguer la température ambiante de la température rayonnante : lorsque vous êtes assis à quelques mètres d'un poële à bois, la température de l'air pourra être de 20°C mais vous ressentirait une chaleur supplémentaire liée au rayonnement du poële à bois.
Seuls les rayonnements des grandes surfaces sont véritablement ressentis, les petits objets qui nous entourent n'ont que peu d'influence.

Une fenêtre présentant une faible isolation thermique aura ainsi trois effets sur notre confort :

  • formation de courants d'air et déperditions de chaleur ce qui conduit à réduire la température ambiante
  • les courants d'air en eux-mêmes font chuter la température ressentie (une vitesse de l'air de 1 mètre par seconde a pour effet un ressenti de température de -4°C par rapport à la température ambiante réelle) ce qui constitue une gène
  • faible rayonnement thermique qui donne une sensation de froid sur les quelques mètres à proximité de la fenêtre, indépendamment de la température ambiante et de la vitesse de l'air.

Une forte différence de rayonnement entre les parois qui nous entourent contribue aussi à une sensation d'inconfort.

Une fenêtre présentant une bonne isolation thermique réduira les déperditions et supprimera les courants d'air ainsi que les problèmes de faible rayonnement thermique. Sur ce dernier point, un double vitrage bien choisi entraine une température du verre "intérieur" proche de celle de la pièce et donc réduit la gène occasionnée par la surface froide.

Changer ses fenêtres : pour faire des économies de chauffage

Les fenêtres représentent 10 à 30% des pertes de chaleur d'une maison, suivant leur état.

Dans notre cas, la plupart des fenêtres ont plus de trente ans et sont de véritables passoires :

  • simple vitrage d'une épaisseur de 1 à 2 mm seulement
  • assemblage de petits carreaux de verre tenus par des croisillons en bois (nombreux ponts thermiques)
  • absence totale de joints entre les dormants et les ouvrants
  • déformation du bois entrainant de nombreux espaces où l'air passe librement entre l'extérieur et l'intérieur des pièces de la maison
  • gros caissons en bois pour les volets dans lesquels s'engouffre le vent (ouverture large du caisson à l'extérieur pour le passage du volet et simple paroi en bois à l'intérieur)



Le seul point positif est l'aération naturelle de la maison. Par contre les pertes thermiques sont nombreuses ce qui engendrent une difficulté pour chauffer les pièces et un coût de chauffage conséquent. Avec 1000 litres de fioul, on ne tient que 6 à 8 semaines pour chauffer une maison de 100 m2 durant les périodes froides. Avec un tarif proche des 80 centimes le litre de fioul durant l'hiver 2007-2008, le budget chauffage est pesant.

Jeter son argent par les fenêtres...

Les fenêtres d'une maison sont une des sources principales de déperdition de la chaleur. Et l'expression "jeter son argent par les fenêtres" représente bien souvent une réalité dont on n'est pas toujours conscient.

Imaginez-vous en train de siroter un diabolo-menthe à la terrasse d'un café. Vous trouveriez surement inadmissible que le verre qu'on vous apporte comporte une multitude de trous par lesquels le diabolo s'écoule, comme à travers une passoire. Vous payez 100% de la boisson et vous voulez la boire à 98% au moins (100% pour ceux qui boivent jusqu'à la dernière goutte).

Et pourtant vous payez 100% de votre facture de chauffage alors que très souvent vous n'en profitez que très peu :
=> mauvais rendement de la chaudière
=> chauffage de pièces où l'on n'est que très peu présent
=> forte déperdition thermique principalement par les fenêtres, la toiture, la ventilation et les murs

Ces différentes causes sont autant de points à traiter pour faire des économies de chauffage et donc d'argent. Nous allons aborder sur ce site les différentes solutions pour réduire tous ces coûts inutiles.

jeudi 21 février 2008

Choisir une fenêtre : comprendre le vocabulaire

Une fenêtre est composée de plusieurs éléments qui ont leur propre nom. Pour pouvoir comprendre les professionnels et se faire comprendre, il est utile de connaitre le vocabulaire de base.

  • ouvrant : partie mobile de la fenêtre. Classiquement en France, les fenêtres des maisons ont 2 ouvrants. Les plus petites fenêtres ne présentent qu'un seul ouvrant qui fait en général toute la largeur de la fenêtre.
  • dormant : partie fixe de la fenêtre, c'est le châssis.
  • châssis : cadre de la fenêtre, fixe (sauf exception), destiné à recevoir un vitrage ou tout autre élément de remplissage.
  • clair de jour : partie visible du vitrage, c'est la surface par laquelle rentre la lumière. Plus le profilé du châssis est fin et plus le clair de jour sera important : il y aura davantage de luminosité.
  • crémone : quincaillerie interne permettant de fermer la fenêtre. Certaines crémones décoratives sont apparentes.
  • embrasure : espace libre dans l'épaisseur d'un mur pour recevoir une porte ou une fenêtre.
  • joints : garnitures de natures diverses utilisées pour réaliser l'étanchéité.
  • linteau : élément d'un mur soutenant la maçonnerie située au-dessus de l'ouverture, tel une poutre.
  • oscillo-battant : mécanisme d'une fenêtre permettant une ouverture en bascule sur dix à vingt centimètres.
  • paumelle : organe de rotation qui assure la liaison entre ouvrant et dormant.
  • profilé : élément constituant le châssis de la fenêtre, de section constante et de forme déterminée.

Pour obtenir plus de détails sur le vocabulaire technique, vous pouvez vous référer au site de l'Union de la Fenêtre PVC.

Le choix du matériau : PVC

Notre choix de matériau pour les fenêtres s'est porté sur le PVC pour les raisons suivantes :
=> couleur "historique" des fenêtres de la maison : blanc
=> matériau des quelques fenêtres déjà remplacées : le PVC
=> matériau reconnu pour ses performances d'isolation thermique et son entretien facile : le PVC

Les avantages de l'aluminium sur le PVC sont les possibilités de couleurs (plusieurs centaines de coloris qui tiennent dans le temps) et une rigidité pour les menuiseries de grande surface.
Les inconvénients de l'aluminium sur le PVC sont une faible isolation thermique (jusqu'à former de véritables ponts thermiques, sauf pour des fenêtres alu spéciales qui sont alors plus coûteuses) et un coût d'achat plus élevé.
Les qualités de l'aluminium citées ci-dessus n'étant pas recherchées dans notre cas et à l'inverse l'isolation thermique étant un de nos critères prioritaires, nous avons sélectionné le PVC.

A noter que le PVC des fenêtres peut contenir des traces de métaux lourds dont le plomb. Le label Greenline apporte la garantie de l'absence d'utilisation de ces métaux lourds dans ces plastiques.

Notre situation de départ (dimensions des fenêtres)

Situation de départ :

  • Rez-de-chaussée : 5 fenêtres (+1 porte-fenêtre) en bois de plus de 30 ans, simple vitrage en petits carreaux avec volet tablier en bois qui s'enroule dans des caissons.
  • Etage côté rue : 2 fenêtres en PVC double-vitrage datant de 2001, type monobloc (caisson du volet rattaché au dessus de la fenêtre, le tout formant un bloc).
  • Etage côté jardin : 2 fenêtres en PVC double-vitrage datant de 2002, avec les anciens caissons des volets non remplacés + 1 fenêtre ancienne en bois


En détails :

  • Chambre 1 :

=> dimensions : 124 X 170 cm
=> type : en PVC, 2 ouvrants
=> croisillons : intégrés, délimitant 5 x 2 carreaux par ouvrant (nouvelle fenêtre : 4 x 2 croisillons)
=> code : CLIMATIT D01 SII CEKAL 004 (Ug = 3 W/m² K)
=> volet : lames plastiques s'enroulant dans le caisson intégré, manœuvre par lanière synthétique

  • Chambre 2 :

=> dimensions : 124 X 169 cm
=> type : en PVC, 2 ouvrants
=> croisillons : intégrés, délimitant 5 x 2 carreaux par ouvrant (nouvelle fenêtre : 4 x 2 croisillons)
=> code : CLIMATIT D01 SII CEKAL 004 (Ug = 3 W/m² K)
=> volet : lames plastiques s'enroulant dans le caisson intégré, manœuvre par lanière synthétique

  • Bureau :

=> dimensions : 99 x 172 cm
=> type : en PVC, 2 ouvrants (marque SERPLASTE) (nouvelle fenêtre : 1 ouvrant avec meneau vertical)
=> croisillons : intégrés, délimitant 3 x 1 carreaux par ouvrant
=> code : CALORIVER 02 S1 CEKAL 025 AR1
=> volet : lames en bois s'enroulant dans l'ancien caisson en bois, manœuvre par chaine métallique

  • Salle de bain :

=> dimensions : 98 x 169 cm
=> type : en PVC, 2 ouvrants (marque SERPLASTE) (nouvelle fenêtre : 1 ouvrant avec meneau vertical)
=> croisillons : intégrés, délimitant 3 x 1 carreaux par ouvrant
=> code : CALORIVER 02 S1 CEKAL 025 AR1
=> volet : lames en bois s'enroulant dans l'ancien caisson en bois, manœuvre par chaine métallique

  • WC étage :

=> dimensions : 44 X 101 cm
=> type : en bois, 1 ouvrant
=> croisillons : externe, délimitant 2 x 1 carreaux (nouvelle fenêtre : sans croisillon)
=> volet : panneau externe

  • Salon côté jardin :

=> dimensions : 164 X 157 cm (nouveau : transformation en porte-fenêtre : 154 x 251 cm)
=> type : en bois, 3 ouvrants (dont 1 fixe) (nouvelle porte-fenêtre : 2 ouvrants)
=> croisillons : externe, délimitant 5 x 2 carreaux par ouvrant (nouvelle porte-fenêtre : sans croisillon)
=> volet : lames en bois s'enroulant dans l'ancien caisson en bois, manœuvre par chaine métallique

  • Salon côté rue :

=> dimensions : 125 X 171 cm
=> type : en bois, 2 ouvrants
=> croisillons : externe, délimitant 5 x 2 carreaux par ouvrant (nouvelle fenêtre : 4 x 2 croisillons)
=> volet : lames en bois s'enroulant dans l'ancien caisson en bois, manœuvre par chaine métallique

  • Cuisine côté jardin (fenêtre) :

=> dimensions : 90 X 127 cm (nouvelle fenêtre : agrandissement 124 x 141 cm)
=> type : en bois, 2 ouvrants
=> croisillons : externe, délimitant 3 x 1 carreaux par ouvrant
=> volet : lames en bois s'enroulant dans l'ancien caisson en bois, manœuvre par chaine métallique

  • Cuisine côté jardin (porte-fenêtre) :

=> dimensions : 69 X 236 cm (nouveau projet : suppression de cette ouverture)
=> type : en bois, 1 porte comportant 1 carreau + 2 carreaux au dessus de la porte
=> croisillons : externe, délimitant 2 x 1 carreaux au dessus de la porte
=> volet : porte en bois externe

  • Cuisine côté rue :

=> dimensions : 124 X 170 cm
=> type : en bois, 2 ouvrants
=> croisillons : externe, délimitant 5 x 2 carreaux par ouvrant (nouvelle fenêtre : 4 x 2 croisillons)
=> volet : lames en bois s'enroulant dans l'ancien caisson en bois, manœuvre par chaine métallique

  • WC rez-de-chaussée :

=> dimensions : 44 X 102 cm
=> type : en bois, 1 ouvrant
=> croisillons : externe, délimitant 2 x 1 carreau (dont 1 carreau s'ouvrant) (nouvelle fenêtre : sans croisillon)
=> volet : panneau en bois

page 2 de 2 -