Les fenêtres représentent 10 à 30% des pertes de chaleur d'une maison, suivant leur état.

Dans notre cas, la plupart des fenêtres ont plus de trente ans et sont de véritables passoires :

  • simple vitrage d'une épaisseur de 1 à 2 mm seulement
  • assemblage de petits carreaux de verre tenus par des croisillons en bois (nombreux ponts thermiques)
  • absence totale de joints entre les dormants et les ouvrants
  • déformation du bois entrainant de nombreux espaces où l'air passe librement entre l'extérieur et l'intérieur des pièces de la maison
  • gros caissons en bois pour les volets dans lesquels s'engouffre le vent (ouverture large du caisson à l'extérieur pour le passage du volet et simple paroi en bois à l'intérieur)



Le seul point positif est l'aération naturelle de la maison. Par contre les pertes thermiques sont nombreuses ce qui engendrent une difficulté pour chauffer les pièces et un coût de chauffage conséquent. Avec 1000 litres de fioul, on ne tient que 6 à 8 semaines pour chauffer une maison de 100 m2 durant les périodes froides. Avec un tarif proche des 80 centimes le litre de fioul durant l'hiver 2007-2008, le budget chauffage est pesant.